2023. Etude de la Connectivité des populations de Truite fario dans le bassin amont de la Rhue via la chimie de leurs Otolithes (ECTRO) Phase 1 : évaluation de la composition chimiques des eaux de la Rhue et de ses affluents - Université de Pau et des Pays de l'Adour Access content directly
Reports (Contract/Project Report) Year : 2023

2023. Etude de la Connectivité des populations de Truite fario dans le bassin amont de la Rhue via la chimie de leurs Otolithes (ECTRO) Phase 1 : évaluation de la composition chimiques des eaux de la Rhue et de ses affluents

Abstract

Ces premiers résultats sont encourageants car ils suggèrent qu’il est possible de différencier certains affluents du cours de la Rhue à partir de la chimie de l’eau, en couplant les marqueurs Sr/Ca, Ba/Ca, Sr/Ba et 87Sr/86Sr. Parmi ces affluents, ce sont essentiellement ceux situés à l’aval de Condat en rive droite (Tarentaine, Embort, Taurons, Gabacut, Morthes, Monboudif) et en rive gauche (Scie, Saint-Amandin). Par contre, les affluents situés en rive gauche en amont de Condat, parmi lesquels les deux principaux que sont la Petite Rhue et la Santoire ainsi que le Bonjon, le Loubinoux et le Loubanère, semblent plus difficiles à discriminer de l’axe de la Rhue. Il faudra néanmoins faire un test avec les otolithes pour voir si le Bonjon et le Loubanère ne sont vraiment pas discriminables, en particulier avec le Ba/Ca. Il est important de garder à l’esprit que les résultats présentés ne constituent qu’une image instantanée (1 seul échantillon d’eau à un instant t), qui ne prend pas en considération la variabilité temporelle naturelle de ces marqueurs. Ces résultats doivent donc être considérés avec prudence. Il apparait cependant raisonnable d’engager dès à présent la prochaine étape sur des otolithes de truites, du moins dans les secteurs 1 (aval du barrage de Vaussaire) et 2 (entre les barrages de Vaussaire et des Essarts). Enfin, Je préconiserais par ailleurs que quelques individus soient également récupérés sur les affluents faiblement discriminés afin de vérifier l’impossibilité de les différencier de la Rhue ; d’autres facteurs comme la température et la croissance interviennent dans les signatures enregistrées dans les otolithes et peuvent donc contribuer à la discrimination.
Fichier principal
Vignette du fichier
Bareilleetal._2023_Projet ECTRO-RapportPhase1.pdf (2.8 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04449747 , version 1 (09-02-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04449747 , version 1

Cite

Gilles Bareille, Pascale Louvat, Romain Max. 2023. Etude de la Connectivité des populations de Truite fario dans le bassin amont de la Rhue via la chimie de leurs Otolithes (ECTRO) Phase 1 : évaluation de la composition chimiques des eaux de la Rhue et de ses affluents. IPREM UMR5254 CNRS/UPPA - Institut des Sciences analytiques et de physico-chimie pour l'Environnement et les materiaux; Fédération Départementale des Associations Agréées de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique du Cantal. 2023. ⟨hal-04449747⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More